8 choses à savoir avant de partir en voyage aux États-Unis

Amerique

Vous voulez un voyage facile et sans tracas en Amérique ? Pour vous aider, nous avons rassemblé quelques-uns de nos meilleurs conseils pour partir aux États-Unis, afin que vous puissiez vous concentrer sur votre voyage.

Les États-Unis d’Amérique sont l’une des destinations de voyage les plus populaires au monde, même parmi les Américains ; la majorité de la population américaine ne possède même pas de passeport, et les aéroports LAX (Californie), JFK (New York) et MCO (Floride) arrivent fréquemment en tête de liste des aéroports les plus populaires pour les voyages intérieurs. Mais, que vous soyez un voyageur international ou national, il existe aux États-Unis quelques règles qui laissent perplexes même les voyageurs les plus avisés. Informez-vous avant de voyager grâce à nos conseils.

Avant de prendre l’avion

1. Assurez-vous que votre passeport est valide

La plupart des voyageurs qui se rendent aux États-Unis doivent avoir un passeport valable au moins 6 mois. Cependant, les citoyens de certains pays n’ont besoin que d’un passeport valable pour la durée de leur séjour. Consultez le site Web du gouvernement de votre pays de résidence pour connaître les règles qui s’appliquent à vous.

2. Connaître la situation de votre visa

Il est important pour les voyageurs se rendant aux États-Unis de comprendre les conditions d’entrée dans le pays. Le programme d’exemption de visa (VWP) permet aux ressortissants de certains pays d’entrer aux États-Unis à des fins de tourisme ou de visite pour une durée maximale de 90 jours sans visa. Si vous pouvez entrer dans le pays dans le cadre du VWP, vous devez demander une autorisation avant de voyager par le biais du système électronique d’autorisation de voyage (ESTA).

Les conditions requises pour voyager dans le cadre du VWP sont les suivantes : être en possession d’un passeport électronique, être citoyen d’un pays membre, être en possession de l’autorisation ESTA, effectuer un voyage d’affaires, de loisirs ou de transit, et ne pas rester plus de 90 jours aux États-Unis. Vous devez avoir obtenu l’autorisation de voyager au moins 72 heures avant votre vol (sinon vous ne pourrez pas embarquer), et après cela, votre ESTA est valable pendant deux ans.

Pour en savoir plus sur les pays membres et pour obtenir une liste complète des conditions d’obtention de l’ESTA, consultez le site Web ESTA des douanes et de la protection des frontières américaines. Les ESTA coûtent 14 USD par demande, qui peut être effectuée et payée en ligne. Il convient de noter que vous devez utiliser une carte de crédit pour payer. Si vous ne remplissez pas les conditions requises pour bénéficier du VWP – pour des raisons telles que la durée de votre voyage (plus de 90 jours), vos études ou le fait d’être citoyen d’un pays non membre, par exemple – vous devrez demander un visa pour visiter les États-Unis.

3. Achetez un cadenas approuvé par la TSA

C’est une excellente idée de verrouiller vos bagages en voyage – quel meilleur moyen d’avoir l’esprit tranquille en sachant que vos affaires sont en sécurité une fois que vous les avez déposées à l’enregistrement ? Mais lorsque vous voyagez aux États-Unis, la Transportation Security Administration (TSA) applique des directives strictes en matière de sûreté et de sécurité des bagages. Tous les bagages enregistrés sont contrôlés, et si les inspecteurs de la TSA estiment qu’un sac doit être inspecté physiquement, ils sont autorisés à casser un verrou et à ouvrir le sac. Une note sera placée à l’intérieur de votre bagage pour vous informer de ce qui s’est passé. Pour éviter de perdre un cadenas, il est préférable d’en utiliser un approuvé par la TSA. Ils peuvent être ouverts avec un passe-partout, ce qui signifie que l’agent de la TSA n’a pas besoin de casser le vôtre.

4. Connaissez les règles du transit

Si votre vol international transite par les États-Unis (ce qui est particulièrement fréquent pour les vols à destination du Canada ou de l’Amérique du Sud), vous devrez passer la douane américaine ; techniquement, il n’y a pas de « transit » en Amérique, car tous les passagers doivent débarquer et passer l’immigration et la douane. N’oubliez pas que vous devez satisfaire aux exigences en matière de visa pour les États-Unis, même si vous ne restez que quelques heures entre deux vols internationaux et que vos bagages sont enregistrés jusqu’à votre destination finale.

Même si vous êtes en correspondance sur un vol intérieur américain, il est important de se rappeler que votre premier port d’entrée sera celui où vous passerez la douane et l’immigration. Vous devez donc prévoir au moins deux à trois heures d’escale entre les vols (qu’ils soient internationaux ou intérieurs) pour permettre le passage de l’immigration, des douanes et le réenregistrement des bagages. Essayez de réserver des vols auprès d’une seule compagnie aérienne pour vous assurer qu’elle est au courant que vous êtes en transit.

À votre destination

5. Réservez votre transfert d’aéroport

Que vous soyez un voyageur national ou international aux États-Unis, un transfert est un excellent moyen de se rendre de l’aéroport à votre destination. En arrivant aux États-Unis, il ne faut pas longtemps pour remarquer que c’est un pays qui dépend de la voiture ; 95 % des ménages américains possèdent une voiture. L’infrastructure des transports publics est souvent limitée, et les routes peuvent être très fréquentées, difficiles à parcourir et assez intimidantes pour un visiteur, ce qui signifie que le moyen le plus simple de vous rendre là où vous devez être lorsque vous atterrissez aux États-Unis est le transfert de l’aéroport.

6. Éteignez vos données mobiles

Si vous êtes un visiteur international, ne commettez pas l’erreur commune d’utiliser les données de votre téléphone mobile pendant votre séjour aux États-Unis, à moins que votre forfait mobile ne le permette ; comme pour tout voyage à l’étranger, les tarifs d’itinérance des téléphones mobiles sont exorbitants. Profitez du WiFi gratuit partout où c’est possible (consultez nos pages sur les aéroports américains pour savoir si le WiFi gratuit est disponible dans les aéroports vers lesquels ou depuis lesquels vous voyagez), ou vérifiez votre forfait de téléphonie mobile pour voir si vous pouvez acheter un forfait de données pour les voyages internationaux.

Personne tenant un portefeuille avec des billets d'un dollarFaites le plein de billets de un dollar, ils vous seront utiles pour les pourboires.

7. Comprendre l’étiquette du pourboire

Le pourboire est un champ de mines notoire pour les voyageurs aux États-Unis, la vieille rengaine du « dois-je, ne dois-je pas, est-ce déjà inclus ? La règle tacite veut que l’on s’attende à 15-20% dans les restaurants. La raison ? Le salaire minimum étant faible aux États-Unis, les pourboires représentent une part importante du revenu de nombreux travailleurs. Les pourboires sont également courants dans d’autres secteurs des services et de l’hôtellerie, comme pour les barmans (1 à 2 dollars par boisson), les femmes de ménage (1 à 5 dollars par nuit), les concierges (en fonction de la difficulté de votre demande), les voituriers (1 à 5 dollars chaque fois qu’ils vous amènent votre voiture), les portiers d’hôtel (1 à 2 dollars par sac), les portiers (quelques dollars s’ils vous aident à trouver un taxi) et les chauffeurs de taxi (10 à 15 %). Au restaurant, vérifiez votre addition avant de laisser un pourboire, car certains restaurants incluent automatiquement un pourboire. Si vous payez par carte de crédit, vous devrez inscrire le montant du pourboire sur le reçu de la carte de crédit et l’ajouter au total.

Le pourboire s’applique également à votre chauffeur de transfert ou de navette. Un pourboire de 10 à 15 % est assez courant pour un transfert privé, à moins que des frais de service ne soient déjà inclus, tandis que les chauffeurs de navettes partagées attendent entre 2 et 3 $ par personne.

8. Soyez prêt à payer plus que vous ne le pensez

Ce que vous voyez n’est pas nécessairement ce que vous obtenez lorsqu’il s’agit de prix aux États-Unis ; la plupart des prix sont indiqués hors taxes, donc les étiquettes de prix que vous voyez ne comprennent pas la taxe de vente. Attendez-vous à passer à la caisse et à vous faire demander plus d’argent que vous ne pensiez en payer. Les villes et les États ont des taux d’imposition différents, et les prix dépendent donc de l’endroit où vous vous trouvez. Il est facile de calculer une taxe de 10 %, ce qui constitue un pari sûr (bien que trop prudent). Si vous séjournez dans un centre de villégiature, sachez que vous devrez généralement payer des frais de séjour pour les piscines, les courts de tennis, Internet et d’autres « extras », qui s’ajoutent au tarif annoncé.

Derniers conseils rapides :

  • Le 911 est le numéro d’urgence aux Etats-Unis.
  • Assurez-vous d’avoir une assurance maladie et une assurance voyage avant votre visite – les coûts des soins de santé sont parmi les plus élevés au monde ici.
  • Les États-Unis sont l’un des rares pays à utiliser encore le système impérial. Ainsi, pensez à la taille en pieds, à la distance en miles, à la température en Fahrenheit et au poids en livres.
  • Les cartes de crédit et les cartes bancaires sont généralement le mode de paiement préféré. Appelez votre banque avant de voyager – même à l’intérieur du pays – pour qu’elle sache que vous utiliserez votre carte bancaire.
  • Les États-Unis s’étendent sur six fuseaux horaires ; assurez-vous de savoir dans quel fuseau horaire se trouve votre destination pour vos vols et transferts d’aéroport.
  • Conseil : profitez au maximum des incroyables parcs nationaux et d’État des États-Unis, ils comptent parmi les meilleurs du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.